C’est joli les maisons anciennes

Mais c’est mal isolé. Alors oui, si avoir une chambre tatami et des shôji (porte coulissantes couvertes de papier de riz translucide) ça fait classe, ça ne protège guère du gel. Nous avons eu une vague de froid assez intense (qui ferait rigoler nos lecteurs outre Pacifique vivant du côté de Montréal) où nous avons flirter avec les -15°C. Et bien quand il fait cette température dehors, les parties non chauffées de la maison sont glaciales; voici quelques exemples.

La condensation sur les fenêtre de la salle de bain gèle. Oui, à l’intérieur. Je vous laisse donc imaginer que quand il est temps de prendre la douche, on amène un chauffage à essence pour réchauffer la pièce.

Fenêtres gelées de la salle de bain

Nous stockons les bières (sans alcool pour Sayaka qui allaite encore Meï) dans l’entrée et elles sont à la température idéale pour célébrer la fin de semaine.

Lorsque j’ai démarré la machine à laver l’autre soir, j’ai dû tordre et détordre le tuyau d’alimentation pour briser la glace à l’intérieur et permettre à l’eau chaude de s’écouler dans la machine.

Bref, on s’amuse bien en hiver ici ! A part ça la maison est géniale, et nous avons une super chambre d’amis (température actuelle dans cette pièce : environ 2°C) pour accueillir la famille et, comme son nom l’indique, les amis.

Il a neigé sur Matsumoto

En début de semaine nous avons eu droit à notre première tempête de neige. Il est tombé environ 25 centimètres en quelques heures.

Evolution de l’enneigement du jardin en une demi heure

J’adore la neige, je trouve ça beau, ça adoucit les paysages, ça étouffe les sons, ça fait rire les oiseaux, ça fait chanter les abeilles. J’adore ça aussi parce que je ne suis pas obligé d’aller travailler en voiture. En fait je ne vais pas travailler du tout ce qui fausse sans doute complètement ma perception de la chose.

Cela dit, nous sommes au Japon et il y a certaines spécificités évidemment. Tout d’abord, en tant que riverains nous sommes tenus de déneiger le tronçon de rue qui borde notre maison. Le chasse neige ne passe pas ici, la rue est trop étroite, c’est donc à bibi et consort qu’il revient de pelleter. Voilà ce que ça donne.

Notre rue le lendemain, après le déneigement citoyen

C’est vrai pour la rue mais c’est assez cocasse également en se baladant de voir les sarariman (employés de bureau) en costume-cravate en train de déneiger le parking de leur société et les caissières en faire autant devant leur magasin. Certains vont même jusqu’à protéger leurs autels bouddhistes des intempéries

Histoire qu’il ne prenne pas froid le pauvre

Enfin nous en avons profiter avec Yumi pour fabriquer notre premier bonhomme de neige. J’avoue qu’il n’inspirera guère les poètes mais avec des gants en laine j’ai eu les doigts congelés à l’issue de la première minute de travail. Nous avons donc fait au plus vite, l’objectif premier de faire plaisir à Yumi ayant été atteint.

Monsieur Yukidaruma (bonhomme de neige)

Matsumoto ice sculpture festival

Les sculptures alignées le long de la douve du château

Le troisième weekend de janvier se tient à Matsumoto un festival de sculpture sur glace aux abords du château.

Environ 5 mètres de haut pour 10 de large

En voyant ça et compte tenu des température clémentes de ce dimanche là (et de l’engouement prononcé de Yumi pour le château), nous n’avons fait ni une ni deux et enfourché notre vélo pour descendre tranquillement en ville. Je ne vous cache pas que la remontée est autrement plus ardue, avec Yumi qui se balance sur son siège derrière moi en ahanant « Ah c’est difficile ! ». 

Quelques sculptures

Ce festival attire des artistes des quatre coins du Japon et même un certain nombre d’étrangers. Ils arrivent le samedi avec leur matériel et réalisent leur sculptures sur place dans la soirée du samedi (pas de photos, nous étions au lit à ce moment là).

Une petite sirène

Comme à chaque festival ici, nous avons droit au contingent habituel de stands de nourriture : soba ou marrons chauds (spécialités de la région), takoyaki et autres délices. Dommage que nous soyons passés vers 10 heures du matin, je me serai bien laissé tenté.

Avec en toile de fond les sommets enneigés des alpes japonaises

Nous avons également pu assister à un spectacle de taiko (tambour) que nous avons adoré Yumi et moi. C’était aussi agréable à l’oreille que visuellement tant les musiciens sont synchronisés. Je vous laisse juger.