Sayonara Villeurbanne

Il nous aura fallu plusieurs mois pour trier, empaqueter, donner, vendre, recycler, voire jeter lorsque les options précédentes ne pouvaient pas s’appliquer. Ce fut d’ailleurs une source de tergiversations entre Sayaka et moi, elle qui n’a aucun scrupule à se débarrasser de ce qui ne sert plus, et moi qui souffre de jeter des objets pouvant encore servir. Fort heureusement, depuis peu une Givebox (boîte à dons) a été installée juste en bas de (ex) chez nous, ce qui a permis de rétablir la paix dans notre ménage.

Pendant la semaine écoulée nous avons campé dans notre propre appartement, le lit ayant été démonté, la table du salon également et la vaisselle mise en carton. A l’exception des affaires de filles, il ne restait plus grand chose.

Hier nous avons vidé l’appartement bien que nous ne fussions pas encore tout à fait prêts. Mon père est arrivé à 7h du matin du Haute-Savoie (merci papa!) et pendant 3 heures nous avons fait des allers-retours entre le septième étage et le camion garé dans la rue, rayant méchamment le parquet au passage, tandis que Sayaka finissait tant bien que mal d’emballer ce qui n’avait pas eu le temps de l’être.

Il nous a fallu deux heures de route et encore une heure de travail pour retourner en Haute-Savoie, vider le camion, ranger un maximum de choses dans un minimum d’espace dans le deux pièces de mes parents, et remonter le canapé en essayant de ne pas rayer le parquet le nouvelle fois.

Voilà donc, depuis hier soir nous ne sommes plus Villeurbannais mais Lyonnais car hébergés chez des amis avec tout notre barda, dans l’attente du grand départ demain. En espérant que le taxi break sera suffisant pour nous 4, nos 7 valises, les deux poussettes et nos bagages cabine…