Anpanman

Ce nom ne vous dit sans doute rien, et pourtant il s’agit de l’un des héros de dessins-animés préférés des Japonais. Selon une enquête réalisée par Goo Ranking, Anpanman est en quatrième position dans le classement du personnage de manga le plus représentatif du Japon derrière Doraemon, Pikachu et Mario mais devant Hello Kitty, Sangoku ou Totoro.

Albums de Anpanman

Pour comprendre le personnage, il faut savoir ce qu’est un anpan. An, vient de anko, la pâte de haricots rouges (azuki), et pan, c’est simplement la transcription en japonais de « pain ». Anpan est donc un pain fourré à la pâte de haricots rouge, et Anpanman, c’est l' »homme-pain fourré aux haricots rouge ».

Ce brave Anpanman est né par une belle soirée d’été lorsqu’une étoile filante atterrit dans le four de Jamuojisan (ジャムおじさん, Tonton Confiture) où cuisait tranquillement un anpan. Sa tête étant comestible, il ne lui est pas nécessaire de boire ou de manger; personne ne l’a d’ailleurs jamais vu s’adonner à de telles occupations. Il tire sa force de sa tête et perd ses pouvoirs si elle est mouillée, salie ou endommagée de quelque manière que ce soit, même pour de charitables raisons telles que nourrir les affamés. En effet, la générosité sans bornes de ce héros va jusqu’à laisser les ventres vides se remplir en grignotant un morceau de son chef.

Dans de telles circonstances, Jamuojisan, aidé de Batakosan (バタコさん、 Mademoiselle Beurre), prépare une nouvelle tête de Anpanman pour remplacer l’ancienne, dont personne ne sait ce dont il advient. J’espère que quelqu’un s’en sustente, ça serait bien dommage de gâcher un anpan par épisode. Curieusement toutefois, plus besoin d’étoile filante pour préparer cette nouvelle tête. A croire que Jamuojisan à compris le truc et s’est installé un générateur d’étoile filante dans son four.

Baïkinman (ばいきんまん, l’homme bactérie) est l’éternel rival d’Anpanman. Issu de l’immigration en provenance de la planète Germes, il rêve de contaminer la planète de Anpanman et ses amis mais en attendant d’en avoir les moyens, se contente volontiers de kidnapper quiconque lui permettant de mettre Anpanman à sa merci, de jouer des tours à Anpanman et ses acolytes voire de voler le goûter des enfants ou de se déguiser pour obtenir un repas à l’œil. Il a constamment l’estomac vide.

Les amis d’Anpanman sont nombreux. Tout d’abord Chîzu (チ-ズ、Fromage) le chien vaillant, partageant le logis de Jamuojisan et Batakosan. Puis vient Karêpanman ( カレーパンマン , l’homme pain au curry) qui a la particularité de pouvoir cracher du curry à la face de ses adversaires, leur brûlant ainsi les yeux où la gorge s’ils ont le malheur d’ouvrir la bouche au mauvais moment. Il y a aussi Shokupanman ( しょくぱんまん , l’homme pain de mie), le beau gosse de la bande, gentil comme tout, presque efféminé, a tendance narcissique.

Arrivés beaucoup plus tard, nous citerons Melonpanna ( メロンパンナ , la fille pain au melon) qui a le pouvoir d’attendrir les méchants, Rollpanna ( ロールパンナ , la fille pain roulé) sœur de Melonpanna et personnage sans doute le plus complexe de la série puisqu’elle a deux cœurs et va tantôt agir pour le bien ou pour le mal. Enfin, il y a Kurîmupanda ( (クリームパンダ , le garçon pain à la crème) le plus jeune de la bande.

Du côté des méchants, outre Baïkinman, nous avons les Kabirunrun (かびるんるん) , les sbires de Baïkinman (« kabi » veut dire moisissure en japonais). Dokinchan (ドキンちゃん), est l’acolyte féminine de Baïkinman. Elle est égoïste, puérile, gourmande et amoureuse de Shokupanman. Pour compléter la bande, nous avons Horāman ( ホラーマン, l’homme horreur) un squelette pleutre, pas vraiment méchant ni particulièrement gentil, amoureux de Dokinchan, laquelle méprise ouvertement les égards du pauvres bougre.

Créé en 1973 la série de manga papier, arrêtée en 2013 en raison de la mort du créateur, compte environ 110 volumes. Elle a été déclinée en une série de dessins animés à partir de 1988 et compte plus de 1300 épisodes (série en cours).

Compte tenu du succès commercial de la série, vous imaginez bien la quantité de produits dérivés tirés de la série. Eh bien laissez-moi vous dire que vous êtes encore loin compte. Outre les inévitables et innombrables jouets, on trouve de tout. De la papeterie aux chocolats, des senbei (crackers de riz soufflé) à la vaisselle, tout y passe. Il existe même du sirop pour la toux ou des autocollants à l’effigie d’Anpanman et ses amis censés repousser les moustiques. Rien n’arrête le mercantilisme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *