Cueillette

Au risque de me répéter, la région de Nagano est réputée, entre autres, pour la qualité de ses pommes. Sous l’impulsion d’un expatrié français rencontré à mon cours de japonais (connu sous l’appellation « l’autre Sylvain »), nous y sommes allés avec Yumi.

A quelques minutes de voiture à peine au nord de chez nous se trouvent de nombreux vergers, dont celui où nous nous sommes rendus pour cette activité. Le temps de déplier le matériel de camping et d’allumer un grand feu, nous étions prêts pour suivre attentivement les explications et de passer aux choses sérieuses.

Nous avons commencé par cueillir des pommes pour faire des yaki-ringo (焼きりんご, pommes grillées), d’où le feu malgré la température très agréable. Yumi a bien entendu souhaité s’en charger : couper la pomme en quatre et en retirer le cœur, y ajouter du sucre (un peu) et du beurre (beaucoup) avant de refermer le tout et de le recouvrir de papier journal mouillé puis de papier aluminium. On glisse dans la braise et on laisse reposer 40 à 45 minutes.

En attendant, nous avons mangé des pommes évidemment mais aussi fabriqué du jus de pommes à l’aide d’un mini pressoir manuel. Là aussi Yumi a essayé, avec mon aide puisqu’il faut appuyer comme un sourd pour que la vis sans fin fasse son effet. Au cours de la matinée, les pommes et le jus peuvent être consommés à volonté, aussi longtemps que la motivation  est suffisante pour presser son propre jus.

Nous avons également pu goûter diverses tartes et autres friandises à base de pommes, lesquelles n’avaient rien à envier à celles trônant dans les vitrines de boulangeries-pâtisseries françaises.

Pour finir nous avons dégusté notre pomme grillée et avons pu emporter trois pommes sélectionnées et cueillies par Yumi. Cela peut sembler peu si l’on ignore que les pommes en question faisaient à peu près la taille de mes deux poings réunis. Yumi avait choisi deux Shinano Gold (apparentées au Golden si fréquentes en France) et une Shinano Sweet, sans doute les pommes les plus sucrées qu’il m’ait été donné de goûter. La dernière variété disponible là-bas était la San-Fuji, variété créée au Japon (tout comme les deux autres d’ailleurs) et la plus consommée au Japon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *