Meinichi – 命日

Derrière ce mot se cache une pratique bouddhiste ne trouvant pas d’écho dans la culture chrétienne. Il s’agit, pour l’anniversaire de la disparition d’un proche, de célébrer sa mémoire.  Egalement nommé kishin (忌辰) ou kijistu (忌日), cette cérémonie a lieu selon la tradition après la première, la troisième, la septième, la treizième, la dix-septième, la vingt-troisième, la vingt-septième, la trente-troisième et la cinquantième année.

Samedi dernier nous avons assisté à une telle cérémonie donnée en l’honneur de la grand-mère paternelle de Sayaka, décédée il y a de cela deux ans. Il s’agissait donc de la cérémonie de la troisième année, laquelle a lieu deux ans révolus après le décès. Dans la salle privatisée d’un restaurant, un autel avait été mis en place. Au sommet trônait une photo de la grand-mère.

Sur les étages inférieurs étaient disposées des offrandes de nourriture : melons, oranges, wagashi et un bol de riz dans lequel une paire de baguettes étaient plantée. Ces baguettes ainsi dressées symbolisent la tombe du défunt, aussi pour cette raison prenez garde à ne jamais planter vos baguettes dans votre bol de riz en présence d’un bouddhiste, c’est un présage de mort.

Deux bouquets de fleurs ornaient degré inférieur. Juste devant l’autel, le matériel destiné à la cérémonie était soigneusement agencé : un bol en métal servant de cloche avec son marteau en bois, une boîte à encens que les participants se transmettent pour que leurs prières au défunt soit emportées par les fumées d’encens; enfin un coussin finement ouvragé destiné au moine présidant la cérémonie.

La cérémonie en question a essentiellement consisté en des chants psalmodiés par le moine durant lequel les proches se recueillaient à tour de rôle devant l’encensoir posé sur leurs genoux. J’avoue ne pas avoir été très attentif puisque j’avais la charge de contenir les filles et d’éviter que leur enthousiasme enfantin perturbe le rituel. Entre Yumi qui passait son temps à monter et descendre des chaises et Meï qui tenait absolument à donner sa dînette à une des jeunes filles présentes, j’avais de quoi m’occuper.

Une fois la cérémonie terminée, la salle a été réarrangée pour nous permettre de prendre notre repas. C’était notre première sortie dans un restaurant japonais traditionnel depuis notre arrivée ici et nous nous sommes régalés. Il y avait énormément de plats différents, à chaque fois en faible quantité, ce qui ne nous a pas empêché d’être au bord de l’explosion stomacale à l’issue du festin. La seule fausse note fut le café, tout simplement imbuvable.

Wagyu (bœuf japonais) avant cuisson
Wagyu après cuisson
Racine de wasabi râpée par mes propres soins
Tsukemono (légumes marinés)
Edamame, renkon et autres

Pour finir, les parents de Sayaka sont allés présenter leurs respects sur la tombe de la grand-mère, tandis que nous regagnions  nos pénates.

Une réponse sur “Meinichi – 命日”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *