Undôkai

Le weekend dernier au parc de Sawamura se déroulait un événement particulier : le undôkai (運動会), un rassemblement sportif. Dès 8h30 du matin, nous étions tous assemblés sur la pelouse, bien alignés. Après les présentations d’usage et quelques mesures de ce que j’ai cru reconnaître comme l’hymne national nippon, nous avons démarré l’échauffement.

Pour ceux qui doutaient encore que le sport c’est sexy
Autre exemple, tout aussi flatteur

De Yumi à son grand-père, des élèves de maternelle aux retraités, tout le monde s’étire, sautille sur place, enchaîne les flexions et extensions sous les imprécations du prof de gym au rythme duquel nous nous activions. Ne comprenant pas un traître mot de ses explications, j’avais toujours un temps de retard, contraint que j’étais de me calquer sur mes voisins. Pire que comprendre une conversation téléphonique, essayer de comprendre une personne qui ahane dans un micro.

Les coureurs de l’école primaire

Puis ont débuté les courses de vitesse pour les enfants. Yumi a participé dans la catégorie « J’ai 3 ans, je ne comprends pas ce que je dois faire et je panique parce que mon papa n’est pas là ». Elle qui en temps normal a du sang d’Usain Bolt dans les veines et laisse sur place même les garçons les plus grands de sa classe s’était muée en limaçon terrorisé et j’ai du m’époumoner pour la faire arriver au bout. Ses deux concurrents ne valaient pas vraiment mieux ce qui lui a permis à elle de terminer en seconde position et de repartir avec un paquet de gelée à l’ananas et à moi de repartir avec un orgueil de papa intact.

Yumi (avec son chapeau blanc) sur la ligne de départ

L’événement était lancé, ce fut alors un enchaînement de jeux dignes de nos kermesses – en nettement plus sportif tout de même – où la buvette ne sert que du thé et où il n’y a pas d’âge pour participer.

Course de cerceaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *