Otoshidama

Otoshidama est une tradition japonaise où les adultes donnent des étrennes aux enfants ou petits-enfants. Elle tire son origine d’un rituel bouddhiste durant lequel des mochi (gâteaux de riz alors appelés appelés toshidama) sont offerts aux Dieux pour la nouvelle année. A l’issue du rituel ces mochis sont offerts aux personnes venues prier au temple, qui les offraient à leur tour à leurs enfants. Avec le temps les mochis sont devenus des petits jouets en papier ou en bois, avant d’être remplacé par des yens sonnants et trébuchants.

Cette année les parents de Sayaka ont donc pu pour la première fois sacrifier (avec plaisir sans aucun doute) à cette tradition. Un billet (de valeur faciale plus ou moins importante en fonction de l’âge de l’enfant et de la relation avec l’enfant notamment) est glissé dans la traditionnelle enveloppe (puchibukuro ou otoshidamabukuro, littéralement le sachet à otoshidama) décorée, remise le premier de l’an. Il est bien évidemment impoli de donner de l’argent s’il n’est pas dissimulé dans une enveloppe, ainsi que d’ouvrir l’enveloppe devant les autres.

Les étrennes des filles. おじいさん,おばあさんありがとう。

La signification actuelle de ce geste est de montrer son appréciation au destinataire et dans une mesure toute relative, de lui donner espoir pour cette année qui débute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *