Préparatifs

On s’en doute, une expatriation pour trois ans, ça se prépare. Tout finaliser une semaine avant le départ, ça fonctionne quand on voyage à deux pour quelques semaines, mais avec deux enfants, un appartement et une date de retour aussi lointaine il y a un minimum de choses à prévoir dont voici une liste (non exhaustive).. Rien que de la lire, je suis fatigué…

Faire les démarches de la demander de congé parental

Demander un Certificate Of Eligibility* pour mon visa

Demander le visa de conjoint de japonais

Faire la demande de passeport français de Meï

Faire la demande de passeport japonais de Meï

Réserver les billets d’avion

Mettre l’appartement en gestion locative

Faire des menus travaux dans  l’appartement pour la location

Trouver des locataires

Trier les affaires à conserver (en cours)

Se débarrasser du superflu, de l’inutile et de l’usagé (en cours)

Faire les cartons (en cours)

Faire les valises (en cours)

Vider l’appartement

Résilier tous les contrats et abonnements

Vendre la voiture

Réviser le japonais (pas le temps)

 

(*) Le Certificate Of Eligibility (COE) est un document nécessaire à la demande d’un visa longue durée au Japon. Outre mon état civil et l’absence de casier judiciaire au Japon, je dois indiquer en tant que conjoint de Japonaise, qui sera mon support financier au Japon (mes beaux-parents en l’occurrence tant que Sayaka n’aura pas de travail) et quelles sont ses ressources financières. Ce point est le critère déterminant de l’obtention de ce sésame. C’est a priori grâce à cela que j’ai eu droit dès la première demande à un COE de trois ans, chose rare. En effet, la norme est plutôt d’obtenir un COE de un an à renouveler annuellement. Par chance, les parents de Sayaka étaient en cours de transaction immobilière lors du dépôt de la demande et disposaient de liquidités importantes sur leur compte.

Pour cette demande Sayaka a du prouver que nous sommes un véritable couple, en décrivant entre autres comment nous nous sommes rencontrés, combien de personnes étaient présentes mariage, où nous prévoyons de vivre au Japon, dans quelle langue nous communiquons et quelle solution nous avons mis en place pour le cas où nous ne nous comprendrions pas comme faire appel à un traducteur par exemple. Pour le langage, ça se passe plutôt bien merci, en revanche il nous faudrait parfois un(e) traducteur(trice) femme <-> homme, ayant idéalement grandit en France et au Japon pour être suffisamment imprégné des deux cultures… Enfin, il fallait agrémenter la demande de COE de photos afin de rassurer les autorités japonaises que je n’essaye pas de m’introduire frauduleusement dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *